Vous êtes ici : Accueil > Jeux > Terres du Milieu > Cartes > Royaumes



Retour Région

Arthedain

Les villes

AnnùminasBarad CalannonBarekettaCaras CelairnenChâteau de Sarn (Le)Citadelle FrontalièreElostirionFornost ErainOccumRochecollineRoudeSunglaenTarmabard

Les Lieux

Amon Sûl (Le Mont Venteux)Baranduin (Le Brandevin, Long Fleuve Brun-Or)Coteaux blancs - Coteaux lointainsEmyn Sûl (Collines du Climat)Emyn Uial (Collines du Crépuscule)Gué de Sarn (Iach Sarn)Landes du Nord (Lande de la Prairie)LhûnNùmeriadorNenuial (Lac Evendim)OioladRammas FormenTalath MuilTyrn Formen (Hauts Septentrionaux, Hauts du Nord)Uialduin

Présentation

Le dernier descendant politique viable du royaume d'Elendil, l'Arnor est le froid pays d'Arthedain. L'Arthedain manque de la vigueur culturelle qui permit à son grand frère le Gondor de forger un empire. En réalité, le pays est divisé en trois éléments distincts, chacun différent des autres par l'ethnie et la politique. Le royaume central d'Arthedain est tout ce qui reste du Royaume du Nord des Dùnedain. La Comté - le pays natal nouvellement constitué des Hobbits - et le Pays de Bree - la communauté agricole autonome qui s'étend autour du carrefour du Chemin Vert et de la Grande Route de l'Est - font allégeance au Roi à Fornost, mais ils ont peu de relations au quotidien avec l'administration royale.

Présentation

Entre les puissants Monts Brumeux et l'Ered Luin bleu, limité et protégé par deux rivières importantes, le Lhûn à l'Ouest et à l'Est le Brandevin, l'Arthedain paraît être la demeure parfaite pour les Exilés de Néménor. Comme la région centrale de Nùménor, le Royaume Septentrional des Dûnedain est une terre froide, rocheuse, accidentée, peu propice à l'agriculture sur une grande échelle, mais idéale pour la contemplation, l'étude et l'adoration. Exempt de Dragons, du climat glacial en hiver et de la crainte d'invasion de toutes directions hormi l'Est, le Royaume Arthadan semble, à première vue, être un royaume destiné à survivre et à dominer le Troisième Age. Établi par les Hommes les plus sages et les plus grands, l'Arthedain existe soutenu par les Elfes de Lindon et de Rivendell et par de puissants parents au Sud, en Gondor. Les Palantiri et une troupe de messagers à cheval relient effectivement les Royaumes Dûnedain.

Mais en regardant à l'Est on trouve Angmar, le petit mais vorace royaume du Roi-Sorcier, en équilibre au seuil glacé de l'Arthedain. Ayant englouti le Rhudaur et envahi le Cardolan il y a des siècles, Angmar se tient armé et de nouveau prêt à attaquer, jusqu'à ce que la volonté maléfique du Roi-Sorcier soit mise à exécution ou détruite. Bien qu'abrité par des rivières et des montagnes, et protégé par ses voisins et le Forodwaith glacial au Nord, l'Arthedain a ses faiblesses, les principales d'entre elles étant sa faible population et son attitude strictement non-belliqueuse. Sur Nùménor, libres de l'étreinte des adversaires et des tyrans, les Dûnedain avaient développé une attitude des Grands Elfes et un style de vie contemplatif qui leur servaient bien. Mais transplantée dans les Terres du Milieu, o la pratique de l'art politique implique le plus souvent combats et perfidie, la tradition Nùménoréenne de la poursuite pacifique de la connaissance et de la sagesse a presque conduit à l'extinction du peuple Arthadan. Non habitués à l'appétit insatiable de sang, de territoires et de revanche qui illustre les désirs les plus profonds du Roi-Sorcier, leur royaume, il y a des sièiles, fut presque envahi par de grands nombrés de barbares. Sans l'aide de Cirdan et des autres Elfes, l'Arthedain serait tombé aux mains d'Angmar en 1409 de même que son état-frère plus faible, le Cardolan. Presque sans défense, l'Arthedain possède ses armes : les Palantiri, dont l'une de ces pierres est en phase avec une autre en Gondor ; des chefs et des soldats sages et courageux aguerris par les batailles contre les Orques et les Hommes des Collines des Ettenmoors ; et, plus que tout, la lignée ininterrompue des Rois et de leurs conseillers renommés, les Prophètes de Fornost. Le peuple de l'Arthedain reste uni dans la justice de sa lutte contre les forces des Ténèbres, mais les moyens de rassembler le nombre important de soldats nécessaire pour défendre sa terre d'une invasion à grande échelle lui font défaut.

En Arthedain, l'aventurier trouvera des torrents et des rivières pour pêcher et voyager, des troupeaux de gros gibier pour chasser et une terre vallonnée et ouverte à la vie sédentaire ou nomade. Ceux dont l'esprit est plus porté sur l'esthétique ou la politique peuvent aller jusqu'à Fornost, o se réunit en secret la Cour Royale des Dunedain du Nord afin de discuter et de débattre des affaires de l'État. Également à l'intérieur des murs hauts et bien gardés de la capitale de l'Arthedain, les érudits poursuivent leur recherche sur les sciences et enregistrent l'histoire se déroulant autour d'eux. Ceux qui désirent exploiter en fermage le sol riche de l'Arthedain du Sud-Est doivent en demander la permission aux Hobbits, qui maintenant habitent et gouvernent cette partie du royaume, sous la protection du Roi Argeleb II. Pour la boisson et le repos, Bree est proche ; les aubergistes y servent de l'ale et des volailles rties à tous les Hommes qui ont de la monnaie en poche, quelles que soient leur loyauté ou leur mission. Mais ceux qui n'ont pas un cœur vaillant, l'amour du risque ou le désir de faire face à une terreur d'outre-terre feraient mieux de rester loin des Coteaux aux Tumulus du Cardolan proche, car des Wights revenus d'entre les morts ont déclaré ce plateau brumeux et nuageux comme leur, et ils ne tolèrent aucun intrus. C'est vrai, des reliques de grande valeur y gisent enterrées, avec les ossements des anciens rois Edain, mais quelle est la valeur que vous accordez à votre vie ?

Un royaume de contrastes, une terre dominée par l'esprit par les plus grands et les moins nombreux des Hommes encore chez eux jusqu'aux Hobbits casaniers et aux insouciants Hommes des Rivières du Brandevin, un royaume dont les frontières orientales sont fourmillantes d'espions, d'agents et d'étrangers mystérieux visitant les auberges de Bree - tel est l'Arthedain, l'étonnant Royaume Septentrional, sur le pied de guerre en 1640.

Le Pays

L'Arthedain, le Royaume Septentrional des Dûnedain exilés, est bordé à l'Ouest par la Rivière Lhûn, s'étend au Nord jusqu'au désert glacé de Forochel et à l'Est jusqu'aux Collines du Climat (5. " Emyn Sûl "), comprenant à l'intérieur de son territoire, la totalité du pays situé au Nord de la Grande Route de l'Est, entre le Lhûn et les Collines. Représentez-vous l'Arthedain comme se situant au centre du vaste bol formé par les Monts Brumeux à l'Est et les Montagnes Bleues à l'Ouest. Avant l'arrivée des Exilés de Nùménor à la fin du Deuxième Âge, cette grande étendue battue par les vents faisait partie du grand pays rocheux nommé &Eacyte;riador.

L'Arthedain du sud

L'Arthedain du Sud est un pays riche et fertile mais sauvage et abandonné par négligence iusqu'à l'établissement de la Comté par les Hobbits en 1601. Il faut dire à la décharge des Hommes du Haut de l'Arthedain, qui sont des maîtres en culture d'herbes et de grains, que d'autres sujets plus pressants - comme se battre contre Angmar et le Rhudaur pour leur survie depuis 1349 ne leur ont donné qu'une faible opportunité de développer et nourrir les champs potentiellement abondants du Sud. Les Hommes de l'Arthedain, terre peuplée d'une façon clairsemée, sont heureux de voir les Hobbits travailler la terre et favoriser le voyage des messagers du Roi en route vers Rivendell et le Gondor, ou à l'Ouest vers Lindon.

En regardant vers la Comté orientale nouvellement établie, on note au Nord de la Grande Route de l'Est les Collines de Scary et les carrières de pierre voisines en grande partie abandonnées. Il est fait peu de cas des collines, mais leur nom implique clairement un secret ou une frayeur quelconque ; les carrières de granit sont tout ce qu'il y a de plus épuisées désormais, la pierre ayant servi à la construction des forts et avant-postes de l'Arthedain. Avant cela, elle était utilisée par les Edain pour ériger des monuments à leurs Rois et leurs Reines sur les Coteaux aux Tumulus, dans le Cardolan proche. En plein Sud se trouve la Contrée aux Collines Vertes récemment peuplée par les hardis Hobbits du clan Took. Cette partie de ia Comté est très fertile, s'étendant à cté de la verte et large Vallée de la Rivière Brandevin. C'est un lieu paisible, mais de l'autre cté de la Rivière, à l'Est, se dresse l'ancienne Forêt. Là, enfermés dans l'obscurité, poussent les saules gés et malveillants de la Vallée de la Rivière Ondulosier.

Le Climat

Normalement - exception faite de la toundra glacée de Forochel, bien sûr - l'Arthedain est une terre bénéficiant d'un climat froid mais agréable. L'influence modératrice des vents marins et des courants d'air venus du Golfe de Lhûn et à travers la brèche entre les lignes Nord et Sud des Montagnes Bleues ont gratifié le royaume de chutes de pluie abondantes, d'ensoleillement ainsi que d'étés agréablement frais.

Mais récemment, particulièrement depuis la croissance d'Angmar au Nord et de la Grande peste d'il y a quatre Hivers, le climat de l'Arthedain a empiré, particulièrément dans le Nord et le Nord-Est. L'hiver s'accroche, le dégel du Printemps est retardé, et les gens commencent à se demander si la neige ne fondra jamais. Un été est soudainement brûlant en un seul jour et en fin de compte roussit les champs mûrissants pendant des semaines.

Jusqu'à maintenant, l'Arthedain supporte cela du mieux qu'il peut. Les Hobbits de la Comté protègent leurs récoltes et animaux du soleil brutal de l'été et de l'atteinte des vents glacés de l'hiver, mais ils se demandent combien de temps eux-mêmes pourront résister devant une telle adversité. Pendant ce temps, les Hommes du Haut réunis à Fornost s'interrogent aussi, et lancent des prières et des incantations tandis que leur milice s'entraîne dans les cours battues par les vents près des Chambres du Roi.

L'avertissement des Prophètes au Roi Argeleb est clair : Prenez garde, tous et chacun, car la magie de Sauron est aussi puissante qu'elle est menaçante, et le vent même est aux ordres du Seigneur Ténébreux !

La Faune et la Flore

Tout comme l'Arthedain est la demeure de plusieurs cultures distinctes et très différentes qui ne se mélangent que rarement, les plantes et la vie sauvage du Royaume Septentrional survivant des Dùnedain comprennent des esèèces rares mais massives du Nord aux espèces nombrèuses mais minuscules dans les marécages fétides autour de la Comté. Les plantes sont tout aussivariées, même si cela est moins spectaculaire.

Les Habitants

Bien que politiquement uni, le Royaume des Dûnedain Septentrionaux est, du point de vue ethnique, diversifié et stratifié d'une façon remarquable. Ses frontières sur le pied de guerre contiennent un groupe de sociétés inflexiblement segmenté et isolé, quoiqu'étonnamment varié, des peuples quisont difficiles à localiser, impossible à unir et qui font face à un défi sans fin pour ce qui est de les protéger. Les Hommes du Royaume Septentrional font face à de formidables obstacles à l'intérieur de leur pays aussi bien qu'au long de leurs frontières sous une menace constante.

Dominant le cœur rocheux du pays se trouvent les gens de l'Arthedain eux-mêmes, les plus grands et les plus "Elfiques" des hommes. Ces descendants fiers et esthètes des Fidèles de Nùménor, aussi peu nombreux soient ils et quoiqu'ils s'affaiblissent dans le pouvoir mondial, comptent parmi eux de grands érudits et prophètes - incluant au moins un visionnaire, Malbeth, qui a prévu le destin de son peuple - et un Magicien en visite, Gandalf le Gris, qui a porté un grand intérêt dans le peuple et la culture des Dunedain Septentrionaux. La fierté immense de l'Arthedain, quoique dangereuse si elle n'est pas accompagnée d'un esprit martial, est justifiée et bat sans affaiblissement dans leur sang "bleu" à travers tout le Troisième Age troublé et désastreux.

Les habitants les plus récents de la région, les Hobbits à la taille enfantine, qui, il y a à peine quarante ans étaient regroupés et s'ennuyaient à Bree, occupent et cultivent désormais les larges et fertiles plaines de l'Arthedain méridional, plaines qu'ils ont baptisées la Comté. À l'Est, le mélange des humains et des Hobbits à Bree, oùt se croisent les anciennes grandes routes nommées Grande Route de l'Est et Route du Nord (ou "Chemin Vert"), s'agitent et discutent de façon très inquiétante, car les agents d'Angmar sont partout, et les espions du Roi-Sorcier voient tout. Rappelez-vous, aventuriers : Sauron, instructeur maléfique de la main de fer du Roi-Sorcier, fut prisonnier des chaînes de Nùménor là où les ancêtres des habitants de l'Arthedain vécurent paisibles et prospères durant 2000 ans. N'oubliez jamais que l'inimitié du Seigneur Ténébreux vis-à-vis de l'Arthedain est personnelle et extrême, sa rancune étant sans fond à l'image de la Crevasse du Destin de Mordor.

Dans le Grand Nord, vivant aux environs de la grande Baie de Glace de Forochel, se trouvent les Lossoth, les descendants "étranges, inamicaux" et isolés d'un mystérieux peuple septentrional du Premier Age (SdA, Appendice A,l). Ces nomades insaisissables, les "Hommes des Neiges" des Territoires lncultes, demeurent suspicieux vis-à-vis des étrangers, et sont terrifiés par le Roi-Sorcier. Mis à part un rôle plus tard lors du Troisième Age, les Lossoth n'interviennent pas dans les événements reconnus des Terres du Milieu.

Deux cultures bien distinctes et déterminées à se tenir hors des problèmes vivent à l'Ouest de la Rivière Lhûn : les Nains éparpillés des Montagnes Bleues et les Elfes de Lindon, les derniers protecteurs sûrs de l'Arthedain, menés par Cirdan le Charpentier de Navires. En raison de la longue durée de leur résidence dans la région, les Elfes et les Nains ont vu et subi assez de souffrances. Leurs chefs, lassés du monde, et leurs peuples, épuisés, souhaitent se laire oublier, bien que les Elfes gardent un sens du danger et qu'ils maintiennent une surveillance, comme celle assurée par les Rangers du Nord de l'Arthedain.

La culture de l'Arthedain

S'il existe un seul peuple assez noble et fort pour faire face sans fléchir à la perfidie d'Angmar et combattre les Ténèbres qui déferlent de l'Est comme une peste, il s'agit des Arthedain. Aucune histoire des Hommes n'est à la fois aussi noble et triste que la leur, désormais exilés du Pays du Dun, l'île de Nùménor ; ils sont destinés au chagrin et à l'égarement et à une diminution de pouvoir à travers tout le Troisième Age. Jusqu'à présent, l'Arthadan n'a jamais envisagé de se rendre ou de s'accommoder avec le mal toujours grandissant qui le menace, comme il l'a fait depuis 300 ans.

Mais qu'en est-il du peuple de l'Arthedain et de la société ? A quoi ressemblent-ils ? Ces hommes du Haut, les plus purs de la race des Dûnedain, sont les dépositaires d'une culture noble et mystique, un style de vie qui domine dans tout l'Ériador Septentrional.

En Arthedain, le royaume de la Nature est également la province des Hommes. Leur croyance fondamentale, tirant ses origines de bien avant la fondation de Nùménor dans les Royaumes Edain du Premier Age , réside dans le fait que le monde n'est pas "Ça" mais "Nous". Liés avec le ciel, la terre et la mer, les Edain et leurs descendants Dûnedain ressentent un étroit lien de parenté avec le monde ; ils sont liés avec ce monde, indissociable d'eux-mêmes. Les Exilés de Nùménor apportèrent ce sentiment de parenté avec eux dans les Terres du Milieu et comme leur vénération des Palantiri, cela passa intact à travers de nombreuses générations d'Arthedain.

Les mythes de l'Arthedain ne furent pas créés par simple divertissement ou dans des buts de propagande ; ils expliquent le monde, proclament les vérités et confirment la part de la terre et de ses bontés pour l'Homme. Ainsi, les gens d'Arthedain ne sont pas irrités ni ne maudissent le sol rocailleux et les hivers longs et froids de leur patrie d'adoption, car son Essence intrinsèque sert à justifier leur présence. Les hautes terres balayées par le vent de l'Arthedain sont les dépositaires de certains de leurs uniques esprits et sont appréciées car elles sont différentes et inhabituelles, car elles suggèrent le paysage de rochers du centre de Nùménor, et car elles renferment les âmes du peuple Edain. (La mémoire du passé, particulièrement le "Pays du Don", n'a jamais quitté le peuple de l'Arthedain.)

En Arthedain, les tertres funéraires en pierre se dressent sur les Coteaux aux Tumulus comme un triomphe de l'Homme sur les forces matérielles et sur la mortalité elle-même ; ils se tiennent ainsi pour rappeler aux Dùnedain du Nord leur grand passé et pour leur montrer la voie à travers leur survivance culturelle actuelle et leur futur renouveau dans l'abondance et la puissance. En Arthedain, plus que pour toul autre peuple, maintenir les traditions de l'état signifie assurer la continuité du monde lui-même, promouvoir son sens de la justice et maintenir l'équilibre très délicat de sa Balance. Ses traditions encouragent la foi dans le triomphe du Bien sur le Mal. En raison de leurs convictions, l'Arthedain paye le prix important d'être proche de l'extinction.

Structure Sociale de l'Arthedain

Mais la société en Arthedain n'est pas parfaite en tout sens : elle est constituée par un rigide système de classes et est structurée, avec la plus grande partie de tous les travaux physiques dévolus aux plus basses classes. Au sommet se trouvent les Dirigeants et la Noblesse, privilégiés, honorés, et bénéficiant de beaucoup d'indulgence. Juste en dessous de la Noblesse se trouvent les Prophètes et les Mentalistes de la Cour Royale, et particulièrement les Gardiens des Palantiri.

Un cran bien en dessous du rang de la Noblesse de l'Arthedain, on trouve les Artistes et les Artisans, ainsi que les officiels de moindre importance du royaume, ces hommes et femmes qui ont la tâche officielle et quotidienne de faire fonctionner l'état. Les devoirs de cette classe comprennent toute sorte de choses : du frappage de la monnaie du royaume à l'Hôtel Royalde la Monnaie de Fornost, de la fabrication, du mélange et de l'utilisation des teintures obtenues des métaux réduits en poudre provenant des Nains des Montagnes Bleues, jusqu'à consigner par écrit les taxes prélevées sur les citoyens de l'Arthedain et le polissage du bandeau en argent du Roi. Les Artisans de cette civilisation éclairée sont très occupés à la broderie (avec du fil d'or) de tapisseries royales, à la conception et à la réalisation de simples et élégants flacons, éléments de vaisselle, vases pour les fleurs et récipients pour cuisiner, car même les esthètes Arthedain doivent manger.

Dans le bas de l'échelle sociale de l'Arthedain, on trouve les soldats de l'Armée et la plèbe sans talent, ceux qui parlent fréquemment le Westron, langue de base de la plupart des peuples d'Eriador. Bien qu'ils soient considérés comme moins sensibles et nobles que leurs hauts compatriotes, ils ne portent aucune tare et n'ont aucune idée préconçue. lls sont indispensables au royaume, appréciés parce qu'ils composent, d'autant plus qu'ils sont peu nombreux, un groupe nécessaire. Les Travailleurs et les Fermiers, qui cultivent et prennent soin du blé, du mais, ainsi que des autres cultures vivrières, appartiennent à cette classe, de même que tous ceux qui n'ont pas une occupation routinière militaire, telle la tenue d'une boutique ou d'une auberge.

L'Art de la Guerre de l'Arthedain

Au contraire du Gondor et de la plupart des cultures des Terres du Milieu, la société Arthadan accorde une faible valeur à uôe armée régulière nombreuse. Il leur semble tout d'abord et principalement que c'est une perte considérable d'énergie et d'argent qui est plus utile dans le travail de valeur des matériaux, comme les arts et l'architecture. Ensuite, les soldats Arthedain, en particulier les Chevaliers et les Rangers, regardent la vie militaire comme une discipline spirituelle plus que comme un moyen de faire la guerre. Enfin, les Arthedain ont mal jugé l'extension de la détermination d'Angmar à détruire le Royaume Septentrional, car ils sont incapables de telles pensées si totalement vengeresses. Il n'est pas dit que les Arthedain soient totalement incapables de combattre pour leur propre survie ; dans la Dernière Alliance, et tout au long du Troisième Âge, ils ont prouvé avoir de vaillants guerriers et des combattants talentueux à cheval. Mais ils n'ont ni l'esprit martial, ni l'instinct de tueur inné des natifs d'Angmar. D'une manière plus positive, leurs centres d'intérêts n'ont rien à voir avec le massacre ou la construction d'un empire. En une seule phrase, les Arthedain sont plus Elfe qu'Homme.

Les Peuples Disséminés de l'Arthedain

En dehors de Fornost, la capitale, et de nombreux avant-postes militaires dispersés, la plupart de la population restante de l'Arthedain s'étale dans le Sud sur une surface en forme d'éventail allant de Fornost vers les Collines du Climat et les étendues les plus élevées du Brandevin. Leur nombre, jamais important, n'est plus qu'une fraction de ce qu'ila été. Aujourd'hui, les belles Collines d'Evendim sont désertées, et seuls quelques rares clans vivent dans l'extrême Ouest, près des Collines aux Tours contrôlées par les Elfes. Bien que les Hommes des Rivières du Brandevin aient la sagesse d'éviter les heurts avec l'Arthedain et tendent à laisser les Hommes plus grands à leurs propres projets, ils n'ont aucun problème à garder jalousement la rivière comme "leur", car peu des Dûnedain septentrionaux s'occupent d'eux. Ils ne sont pas assujettis à l'Arthedain sans cesse s'affaiblissant et, tant que les Hommes du Haut se tiennent éloignés du Brandevin ou paient les droits de péages demandés lorsqu'ils voyagent sur la rivière, les conflits sont rares.

Étant donné sa faible population, l'Arthedain porte peu d'attention à ceux qui restent en paix à l'intérieur de ses frontières. Au lieu de cela, il s'inquiète du rétrécissement du Royaume lui-même (en 1640, Angmar a pris et contrôle un bon morceau de l'Arthedain oriental). La question est, quelque noble soit leur cause : combien de temps encore un si petit nombre pourra tenir tête à une si grande multitude ?

Les langages en Arthedain

Entre eux, les gens de l'Arthedain parlent lAdûnaic, un mélange élégant et sophistiqué de l'ancestrale langue Humaine Septentrionale des Edain et l'Elfique mielleux parlé par les Eldar. Petit à petit, avec les venues par mer de plus en plus fréquentes des Núménóréens sur les côtes des Terres du Milieu et leur commerce avec les Hommes "inférieurs" une langue d'affaires naquit, mélange malcommode et en perpétuelle évolution d'Adûnaic, de Rhovanion, d'Eriadoran et des langues Humaines Méridionales des natifs. Aves les siècles, cette langue devint le Westron, le langage Commun des Hommes.

Quelques cultures - les combattifs Dunéens et les secrets Nains, par exemple - conservent toujours leurs propres termes pour les noms de personnes, de lieux et d'objets d'une valeur particulière à leurs yeux. L'Arthedain emploie des mots Sindarin (Elfes Gris) dans ces cas et le Quenya, la langue des grands Elfes, dans leurs prières. Mais, la plupart du temps, une sorte de Westron, même rustique ou dégradée, est parlée virtuellement dans toute partie civilisée de l'Endor occidental.

La Structure militaire

La défense de l'Arthedain est organisée autour de deux $tructures militaires. Le noyau est composé d'une trà petite Armée Royale (5. "Dagarim Aran'), tandis que la majorité des soldats sont tirés des rangs des soixante trois Armées Nobles (S. 'Degerim Ereter'). Ensemble ces forces constituent une armée bien équipée et bien expérimentée capable de défendre le Royaume Septentrional de tous sauf des ennemis les plus envahissants. Dans les temps de calme relatif, elles font régner la loi et la paix en témoignant d'une présence constante de l'autorité. Quand un conflit éclate, l'Armee Royale d'élite est la première à rentrer en campagne et, dans la plupart des cas, suffit à relsrer le défî. Néanmoins, s'il y a une véritable menace pour le Royaume le Roi peut en appeler à la Noblesse pour fournir des troupes pour la guerre.

L'armée Royale (Dagarim Aran)

Le Daragim Aran est l'armê professionnelle du Roi, une force de choc qui garde les territoires royaux et les citadelles clefs. Elle n'obéit qu'au Roi ou à un de ses agents et est constamment prête à la guerre. Cependant, bien que petite et à la charge de la Maison du Roi, elle ne diffère guère de ses homologues privées.

Bien que le Roi soit le commandant suprême de toutes les armées, même le Dagarim Aran est directement dirigé par un vassal. Habituellement, c'est le Prince de la Couronne qui est sélectionné coûtme Seigneur Commandant, étant instruit dans les arts de la guerre depuis son plus jeune âge. Il supervise les activités militaires journalières, l'approvisionnement en vivres et surveille l'entraînement du régiment. Il mène aussi l'Armée Royale dans nombre de campagnes.

Un cercle de Princes et de Chevaliers aînes (S. "Requoin Hail" ou "Rychin Hail") assiste le Seigneur Commandant à la manière d'une équipe et lui apporte une souveraineté sur un plus grand nombre d'unités d active, tel un groupement d'Armées Nobles. Même en temps de paix, ce Cercle de Guerre (5. "Cordagar") propose des politiques et des strategie militaires au Conseil du Roi, affectant par là-même le futur politique de l'Arthedain.

En dessous du Cordagar, on trouve une hiérarchie d'Arequain ou "Chevaliers Royaux". Ces Hommes sont des titulaires d'une Chervalerie non-héreditaire A la différence d'un Roquen de la Noblessg un Aroquen peut-être issu de n'importe quelle classe et doit mériter ses couleurs. (Cependant, peu sont des non-Dûnedain). Les Chevaliers Royaux sont divises en 2 groupes selon leur ancienneté et leur pairie, chacun d'eux fournissant des chefs intermediaire. Ceux du groupe le plus âgé commandent à neul de leurs homologues plus jeunes. A leur tour, les jeunes Arequain dirigent une unité de neuf Guerriers (5. "Ohtari").

Les Armées Nobles (Degerim Ereter)

La Noblesse de l'Arthedain est issue, la plupart du temps, des lignées des colons originels Elendil, les Fidèles qui fondèrent le Royaume. Il y a soixante trois Maisons de Nobles terriens (5. "Ercter" ; sing. 'Amtar') et chacune possède sa propre armée. Quelques-unes, comme les Familles Eketta ov Tàrma, ont des forces qui rivalisent avec celles du Roi, mais la plupart font confiance à de très petits contingents. Dans une bataille les Degerim Ereter sont habituellement combinés avec le Dagarim Aran, formant l'armée de l'Arthedain.

Les Armées Nobles extrêmement grandes marchent et manceuvrent sous les ordres de leur propre Aratar, tandis que les plus petites forces sont regroupées ensemble et placées sous le commandement d'un membre du Cordagar (en général un Prince). Les Armees Nobles sont necessairement de structures variées. Toutes sont dirigees par l'Aratar ou son Seigneur Commandant désigné, et chacune se range derrière le Roquen vassal local de la Noblesse inférieure Ces Chevaliers emmènent leur propre suite de Combattants (5. "Rhivilyr" ; sing. "Rhyvelîtr') qui, avec la Garde du Seigneur, forment la horde de Guerriers de l'armée.