[AU Partie du 4 mai 2022 - N°66 - 18 de Norui 1640

Campagne dans les Terres du Milieu

[AU Partie du 4 mai 2022 - N°66 - 18 de Norui 1640

Messagepar Rico the Hobbit » Dim 8 Mai 2022 08:51

Le 18 de Norui de l'An 1640

Daëgon frappe à la porte. Florry ouvre la porte avec un sourire accueillant puis dit :
- "Bonjour Messieurs, Dames, entrez, je vous en prie !"
- "Bonjour" répondent les quatre compagnons.
- "Entrez !"

Elle fait entrer les quatre compagnons et les accompagnent jusqu'à la grande salle à manger de la maison Wesmin là où Daëgon avait rencontré seul le couple Wesmin. La pièce est vaste, une grande table en bois massive trône au centre, de magnifiques gravures ornent les pieds. Un grand d'objets exotiques sont exposés sur les murs. Tirash remarquent que certains d'entre eux lui évoquent des souvenirs de son enfance.

Meyron et sa femme sont assis lorsque les quatre compagnons arrivent dans la pièce. Meyron se lève pour accueillir les invités avec un large sourire. Abaigh reste assise. Meyron leur dit alors :
- "Allez-y, prenez place. Alors, depuis tout ce temps, vous avez pu vous reposer ?"
- "Oui, effectivement, nous avons eu quarante-huit heures de course effrénée par le fait de nos missions et ce petit temps de repos n'a pas été négligeable pour Selenia qui, malheureusement, a payé le plus cher tribu dans l'équipe..." explique Fànaviryan.
- "Je tenais et on tenait, moi et ma femme, à vous remercier pour tout ce que vous avez fait. Le Magistrat est passé récemment nous voir pour nous confirmer que Reoluin était bien le commanditaire du meurtre de notre fils." explique Meyron.
- "Ah oui ?" questionne Daëgon.
- "Oui, il a tout avoué ainsi qu'un certain nombre de personnalités qui sur la dernière année sont mortes. Il a avoué plusieurs crimes. Il semblerait, de ce que nous a dit le Magistrat, ce n'est pas sous l'effet d'injonctions ou de tortures qu'il a avoué les choses. A priori, il semblerait même qu'il ait prouvé quasiment du plaisir à se faire torturer. Ce n'est qu'ensuite qu'il a pu annoncer tous les méfaits qu'il a pu commettre dans cette ville. Alors, je dois vous dire que le Magistrat a souhaité que ces informations restent confidentielles puisqu'à priori, les autorités de la ville ne souhaitent que tout cela se sache."
- "D'accord !" réagit Daëgon.
- "Cela effrayerait la population s'ils savaient tout ce que ce Reoluin a pu engendrer au travers de la ville. Et selon Lonuir Harge, il savait parfaitement ce qu'il faisait en annonçant tout cela..." explique Meyron.
- "Oui, essayer d'amener un peu plus de désordre tant qu'il a pu agir par d'obscurs dessins."
- "Oui, c'est tout à fait cela. Donc ce qui veut dire que tout ce que je viens de vous dire là, doit rester entre nous. Vous avez pu prouver depuis que vous êtes ici que vous êtes des personnes de confiance. Par rapport à cela, nous en avons discuté avec ma femme et j'avais pu vous l'annoncer, nous souhaitons pouvoir vous offrir une récompense, vous montrer tout notre gratitude pour tout ce que vous avez pu réaliser ici et en la mémoire de notre fils, nous souhaitions vous remercier mais il y a peut-être des choses particulières que nous pourrions faire pour vous ?" demande Meyron.
- "Hé bien, à vrai dire nous n'avons pas agi par intérêt. Nous avons simplement fait ce qui nous semblait être notre devoir et nous nous voyons mal vous réclamer quelque chose et nous avons convenu ensemble que nous vous laisserions, vous et votre femme, décider de la récompense que vous jugez correcte de nous octroyer." explique Tirash.
- "J'avais quelque chose à vous soumettre mais, peut-être, que ce n'est cette proposition que vous recherchez. En tout cas, sachez que, vu les évènements qui se sont déroulés et que notre seul héritier est à présent décédé, nous souhaiterions savoir si vous seriez favorables à devenir des chevaliers de la famille Wesmin." annonce Meyron.
- "C'est tout à fait surprenant ! En quoi ça consiste d'être chevalier de la famille Wesmin ?" demande Daëgon.
- "Cela veut dire, d'une part, que vous feriez partie de notre famille et que le titre de chevalier est un titre honorifique mais, forcément, dans le Cardolan, vous ouvre un certain nombre de portes. Vous êtes considérés comme faisant partie de la noblesse du Cardolan." explique Meyron Wesmin.
- "L'élite du Cardolan quelque part." suggère Daëgon.
- "On peut dire ça comme ça."
- "D'accord !"
- "Ce qui veut dire aussi nous pensons que vous avez les valeurs, qu'à notre mort, vous porteriez nos valeurs. Vous pouvez réfléchir à cette proposition. En effet, vous seriez amenés à devoir gérer à notre mort les terres de la famille Wesmin puisque nous souhaitons que quelqu'un puisse porter, par la suite, nos valeurs. En se renseignant auprès de quelques personnes en ville, nous avons eu vent de ce que vous avez pu faire et de tout ce que vous envisagez de faire ici. Ça veut dire que vous pourriez utiliser les biens de la famille Wesmin à votre guise." explique Meyron.
- "Je ne sais pas pour mes compagnons mais pour ma part, je suis tout à fait honoré de cette proposition. Je ne sais pas si on la mérite mais j'ai confiance en vous aussi." annonce Daëgon.
- "Pour aller dans le sens de Daëgon, c'est pour ma part, très honorée que je reçois cette proposition et étant je dirais un peu comme Tirash par la même, orphelin de père et de mère et déraciné, j'accepterai avec un grand honneur cette charge que vous nous proposez mais que pour ma part, je peux vous dire, j'accepte pleinement et entièrement." annonce Fànaviryan.
- Meyron et Abaigh réagissent et semblent touchés par les propos de Daëgon et Fànaviryan.
- "Oh je suis très touché par cette proposition mais c'est une lourde responsabilité et j'ai besoin de réfléchir car je ne sais pas si mes projets me permettront de rester dans la région et je ne voudrais pas m'engager à la légère." répond Tirash.
- "En tout cas, mon cher Tirash, on ne vous demande pas d'être à notre service simplement de pouvoir défendre nos intérêts et de pouvoir porter les valeurs de la famille Wesmin au travers de ce monde et qu'il n'est nullement question pour vous de rester ici pour gérer quoique ce soit. Je comprends bien que vous avez des intérêts ailleurs et qu'il n'est pas question pour nous de vous demander d'être à demeure ici." précise Meyron.
- "Bien !" répond Tirash.
- "Mais on va, de toute manière, bientôt manger et cela vous permettra d'être dans la réflexion et puis de pouvoir donner votre réponse plus tard." propose Meyron.
- "Très bien."
- "Ecoutez, je suis très touchée par votre proposition mais je n'y connais pas grand-chose en chevalerie et je ne suis pas sûre de pouvoir remplir le rôle que vous nous proposez. J'y réfléchirai mais je ne pense pas que je souhaite y répondre favorablement." annonce Selenia.
- "Vous aurez le temps de la réflexion et, en effet, on peut se laisser quelques jours pour que vous puissiez y réfléchir. Si vous souhaitez qu'on aborde des points précis par rapport à cette fonction, on pourra se voir pour en discuter individuellement." indique Meyron.
- "Entendu." répond Selenia.
- "De mon côté, indépendamment de cette question, j'aimerais beaucoup que vous me parliez de cette collection exotique qui nous entoure car je reconnais la manufacture de certains d'entre eux et j'aurais quelques questions à vous poser." indique Tirash.
- "Je vous propose que l'on en parle après le repas." lui répond Meyron.

Les premiers plats vont être apportés. Meyron va échanger avec les quatre compagnons sur la vie à Metraith, la région, de la pluie et du beau temps. Puis vers la fin du repas, il va indiquer :
- "Je pense que je vais pouvoir mon cher Tirash, vous en dire un peu plus puisque tout ce qui a autour de nous est notre passé puisque j'ai été dans ma jeunesse ambassadeur de Metraith au Gondor. J'ai vécu un certain temps dans le grand port de Pelargir et c'est là-bas que j'ai rencontré Abaigh qui elle aussi avait des fonctions d'ambassadrice auprès du port elfique d'Edhellond puisque ma femme maitrise parfaitement un grand nombre de langues et en particulier les langues elfiques. Elle a été amenée à être ambassadrice des autorités gondoriennes auprès des autorités elfiques au port d'Edhellond. Nous avons eu l'occasion de pouvoir naviguer, nous avons pu voir le grand désert et à ce titre-là, j'ai ramené des souvenirs que j'ai pu voir de là-bas, des paysages magnifiques. Nous avons même eu l'occasion de naviguer sur un navire elfique. Nous avons entraperçu les fumées du port d'Umbar."
- Tirash sort sa dague et demande à Meyron et Abaigh Wesmin : "Est-ce que c'est un objet qui vous dit quelque chose ?"
- Abaigh regarde la dague et porte une attention particulière aux inscriptions qui sont gravées dessus.
- "Vous sauriez me dire ce qui est écrit sur la dague ?" demande Tirash.
- "Il faudrait que je l'étudie." dit Abaigh.
- "J'en ai hérité dans des circonstances tragiques et je crois que ça m'aiderait beaucoup de comprendre l'origine de cette dague pour savoir ce qui est arrivé à ma famille." indique Tirash.
- Abaigh se lève et revient quelques minutes plus tard. Elle revient avec un parchemin et du matériel d'écriture. Elle manie la plume avec une grande dextérité et recopie les gravures inscrites sur l'arme de Tirash.
- "Hé bien, Tirash, quelle chance du Destin d'avoir pu rencontrer une famille qui puisse te guider un peu plus vers tes origines." lance Fànaviryan.
- "Il n'y a pas de hasard..." répond Tirash.
- "C'est le destin, effectivement. Par là-même, je vous avouerai qu'il y a longtemps que je n'ai conversé en Sindarin, lady Wesmin." lance Fànaviryan en s'adressant à Abaigh Wesmin.
- "Oh mais vous savez, ma femme ne maitrise pas uniquement que le Sindarin mais également le Quenya et les langues sylvestres." annonce fièrement Meyron Wesmin.
- "Oui, c'est une performance notable pour quelqu'un d'apprendre des langues millénaires comme cela en quelques années." répond Fànaviryan.
- "Oui, tout à fait ! Ma femme a un réel don pour l'apprentissage des langues." indique Meyron.
- Abaigh se lève de table et quitte la pièce.
- "Vous savez d'où vous êtes originaire Monsieur Tirash ?" demande Meyron Wesmin.
- "De Bozishna Dar mais je n'ai vécu là-bas que très peu de temps. Mes parents ont dû partir en urgence pour s'installer à Umbar." répond Tirash.
- "Ah d'accord. Nous avons connu et surtout ma femme a connu à Edhellond des elfes marins qui sont, à priori, allés très loin dans le sud. On a eu la chance de pouvoir naviguer même si les côtes sont très dangereuses. Le Gondor est en guerre avec les forces d'Umbar. Il est parfois fort dangereux de pouvoir s'y aventurer. Entre autres, un couple de navigateur elfes qui s'aventurent très près des côtes et nous ont permis au travers d'un voyage de pouvoir découvrir, justement, la grande baie d'Umbar. Nous n'avions pas pu voir la cité mais, en tout cas, nous avons pu y voir des lumières et de la fumée ce qui est assez rare, nous a-t-on dit par la suite." explique Meyron.
- "Et ce sont des personnes dont vous savez où on peut les rencontrer ? Si ce sont des marins, ça doit être difficile..." demande Tirash.
- "Ma femme Abaigh les a connus à Edhellond, c'est au travers d'elle qu'on a pu les rencontrer. Des marins très atypiques. J'imagine que ça fait bien des années, c'est du temps de ma jeunesse. Je ne sais pas ce qu'ils sont devenus... C'est un couple, le frère et la sœur qui tenaient ce navire. On pourrait, quand ma femme sera revenue, on pourra lui demander un peu plus d'éléments si vous le souhaitez." indique Meyron Wesmin.
- "Toute information sera bonne à prendre. Mes parents sont morts mais ma sœur a disparu et je garde espoir un jour de la retrouver." annonce Tirash.

Quelques minutes plus tard, Abaigh revient à table. Meyron lui demande alors :
- "Te souviens-tu des deux marins qui nous ont fait traverser la Grande Mer ?"
- "Oui ! Chënnangàn, le capitaine d'un navire d'Edhellond. Sa sœur se fait nommer Daria mais je n'ai jamais connu son nom elfique." explique Abaigh.
- "Merci beaucoup !" répond Tirash.
- "Nous les avons vu pour la dernière fois, il y a plus de cinquante ans, rencontrés à Edhellond qui est leur port d'attache." indique Abaigh Wesmin.
- "Pour nous, c'était hier !" ironise Fànaviryan.

Le repas se termine par une très bonne tarte aux fraises confectionnée par Florry. En évoquant les belles couleurs des fraises, Fànaviryan indique :
- "La Compagnie devait prendre couleur en sachant qu'elle s'installait à Bree même s'il nous propose de porter leur nom, leurs armes et nous pourrions envisager d'incorporer, dans notre blason, que nous devons faire, un peu nos origines c'est-à-dire Metraith, Bree et Fornost Erain."
- "En tant que Chevalier, vous avez un écu aux couleurs de la famille et une épée." indique Meyron.
- "Cela répond un peu au fait que nous devions prendre couleur, que la Compagnie aura ses propres couleurs représentant nos origines et qu'il ne génère en rien de porter les armes de la famille et que je serai, au contraire, très honorée !" annonce Fànaviryan.
- "Après, vous êtes une compagnie de mercenaires et à ce titre, vous pouvez porter votre étendard et de surcroit, avoir les couleurs de la famille. Maintenant, vous avez l'autorisation de pouvoir porter les couleurs de la famille Wesmin ce qui veut dire qu'on ne peut vous refuser une entrée dans une ville du Cardolan. Dans ces cas-là, vous pouvez avoir les honneurs de pouvoir entrer en ville et un certain nombre d'autres prérogatives, de vous faire soigner si vous êtes malades." indique Meyron Wesmin.

Les compagnons sont ensuite conviés au salon. Sur le chemin, Abaigh prend le bras de Tirash et lui dit :
- "Cette lame fait partie d'une famille. Il me faudrait un peu plus de temps pour déchiffrer en langue commune le nom de cette famille."
- "Hé bien, nous repasserons par Metraith dans quelques semaines. Je me permettrais de venir vous voir si cela vous convient ?" propose Tirash.
- "Bien sûr..." répond Abaigh.

En arrivant au salon, un thé est servi à chaque invité.

Meyron et Abaigh s'absentent quelques minutes. Fànaviryan demande à ses compagnons pendant ce temps :
- "Est-ce que l'on aborde avec eux nos projets par rapport à la ville, le fait que de dire, dans les prochains temps, on va être occupés à remonter des Hobbits. Vous êtes d'accord pour leur dire nos missions."
- "Moi, je trouve ça intéressant d'avoir leur point de vue là-dessus, vu qu'ils ont leur entrée." répond Tirash.
- "Après, est-ce qu'on leur évoque également l'idée du dispensaire ? Dispensaire qui pourrait porter le nom de Cinniath Wesmin..." propose Fànaviryan.
- "Pourquoi pas..." répond Selenia.

Meyron Wesmin évoque son passé d'ambassadeur au Gondor et la merveilleuse et grande cité de Pelargir. Il indique à ce propos :
- "D'après ce que m'a confié le Magistrat, une personne va être nommée prochainement pour me succéder sur le poste d'ambassadeur au Gondor. Pour l'instant, je n'ai pas plus d'éléments là-dessus..."

Un peu plus tard, Fànaviryan va indiquer à Meyron et Abaigh :
- "Nous souhaitions vous faire part d'un projet de convoyer des Hobbits jusqu'à la Comté. Nous prévoyons d'en transporter une vingtaine très prochainement puis, à l'avenir, une grande partie des communautés présentes ici, à Metraith."
- "On m'a fait part, en effet, de votre projet de convoyer des Hobbits. Dans ce qu'on m'a dit, vous n'aviez pas encore évoqué précisément votre projet. Si justement, on est à vous proposer ce titre, c'est, aussi, au travers de toutes les actions que vous pouvez mener et le fait que les couleurs de la famille Wesmin portent assistance à ces malheureux petits êtres, nous en sommes, tout à fait, favorables ! Par rapport à cela, si les couleurs de la famille sont portés durant ce convoyage, évidemment, vous pourriez venir nous en faire part et en quoi nous pourrions vous aider." répond Meyron Wesmin.
- "Très bien !" réagit Tirash.
- "Dès lors que certains d'entre vous deviennent chevaliers, ça voudrait dire que vos actions pourraient être soutenues par la famille." ajoute Meyron.
- "Nous devons rencontrer le conseiller de Léallas prochainement. Peut-être qu'effectivement, nous reviendrons vers vous, en fonction de ce qu'il nous aura proposé." indique Tirash.
- "En tout cas, sachez que s'il y avait des points particuliers sur lesquels nous pourrions vous soutenir, sachez que vous avez toute notre approbation par rapport à ce projet-là." indique Meyron.
- "C'est un plaisir de l'entendre !" réagit Tirash.
- "Et cela continue d'aller dans le bon sens de pouvoir réunir les familles éparpillées." ajoute Fànaviryan.
- "Si, par la suite, il y avait des projets que vous souhaitiez mener au travers de la famille, n'hésitez à en faire part." indique Meyron Wesmin puis il marque une pause et sur un ton plus solennel ajoute : "Pour tout vous dire, vous savez, je pressens des choses. J'ai maintenant une centaine d'années derrière moi. Je sais que la région, un jour tombera, cela ne fait aucun doute et que si vous pouvez porter le nom de la famille ailleurs, et bien, cela sera notre héritage et c'est en cela et pour répondre à l'une de vos questionnements premiers, nous ne pensons pas qu'il est de votre devoir si vous êtes amenés à porter les couleurs de la famille Wesmin, de maintenir absolument ancrés cette famille ici et peut-être, qu'en effet, d'amener les petits êtres dans une terre plus protégée ce ne sera que mieux. Ce que vous avez amené à découvrir au travers de ce traitre de Reoluin, sans doute que d'autres prendront la relève et ne seront pas les seuls ici. Et donc les terres du Cardolan deviennent de plus en plus sauvages. Ce qui s'est passé à Andrath, malheureusement, la ville, ici, ne pourra pas tenir longtemps un siège. Si ça arrivait un jour, sachez qu'en tant que chevalier, votre devoir sera de faire en sorte que vous puissiez sauver le plus de gens possible mais pas de rester ici au péril de votre vie." analyse Meyron Wesmin.
- "Ce que vous nous évoquez me touche beaucoup. J'ai perdu deux frères que je n'ai pas connu lors de la chute d'Ost-in-Edhil qui a permis à mes parents de survivre mais j'entends bien que tout héritage peut irradier d'un bon terreau retrouvé. Votre nom pourra se pérenniser et ses actions conjointes." annonce Fànaviryan.
- "Mais bon, n'y voyez, en tout cas, Tirash et Selenia, une obligation d'accepter ce titre. Je peux tout à fait comprendre que vous souhaitiez garder votre totale indépendance." annonce Wesmin.
- "Est-ce que vous avez des nouvelles concernant la dépouille de votre fils ? Nous n'avons pas pu en récupérer de nouvelles mais il y a, sans doute, moyen d'en savoir un peu plus." indique Selenia.
- "Oui ! Le Magistrat a évoqué quelques éléments mais, disons que pour l'instant, ce n'était pas sa priorité. Il m'a confié qu'il pourrait obtenir des informations par le biais d'un des Frères de la Mort, il y aurait la possibilité d'avoir des informations complémentaires. En tout cas, je vous remercie de vous inquiéter par rapport à mon fils. Disons que le Magistrat souhaite, avant tout, avoir un maximum d'informations concernant Reoluin." répond Meyron.
- "Oui, je vous en parlais parce que nous avions évoqué, à un moment, le fait que nous retrouvions sa dépouille mais c'était pour vous prévenir que nous ne continuerons pas cette mission." explique Selenia.
- "J'entends bien vu ce que vous nous annoncez à présent, par rapport à votre transport des Hobbits, je comprends tout à fait. Sachez que par rapport à cela, nous pourrons revoir avec le Magistrat pour obtenir un maximum d'informations pour récupérer notre fils. En tout cas, merci pour tout ce que vous avez fait !" lance Meyron Wesmin.

Après une petite heure passée dans le salon, Meyron se lève, vient saluer chaque compagnon puis dit :
- "Votre enthousiasme nous a touché mon cher Daëgon et ma chère Fànaviryan. Si nous souhaitons officialiser les choses, il serait bon que vous puissiez repasser à la maison pour que nous puissions y consacrer une cérémonie pour officialiser clairement votre titre auprès de la famille. Pour Selenia et Tirash, réfléchissez-y quand même, cette décision a des conséquences et que dès lors vous en êtes favorables, il serait bien que l'on puisse se revoir pour pouvoir y mettre en place une cérémonie." annonce Wesmin.

Le 20 de Norui de l'An 1640

À sept heures trente, Daëgon, Fànaviryan et Tirash quittent l'auberge de la Boucle d'oreille en Mithril pour rejoindre Selenia au Thalion puis tous les quatre se présentent devant les portes du palais du Thalion. Deux gardes vont conduire les compagnons au travers des couloirs du palais. Fànaviryan, Tirash et Selenia découvrent la beauté et le luxe des lieux. Les compagnons sont conduits dans une autre aile que celle où se trouve le Magistrat. L'un des deux gardent ouvrent la porte et les quatre compagnons entrent dans un grand bureau richement décoré, illuminé de plusieurs fenêtres, d'un grand lustre avec un mobilier très luxueux.

Un vieil homme les reçoit, dans une tenue très sombre, une vieille robe usée. Son allure contraste avec l'environnement de la pièce. Il baisse légèrement de la tête pour saluer les quatre compagnons et garde un visage sévère puis indique d'un ton neutre :
- "Je vous en prie, asseyez-vous ! Bien ! J'ai reçu votre courrier. On m'avait fait part, auparavant, que vous aviez un projet de transporter un certain nombre de Hobbits. Vous évoquez un certain nombre de demandes particulières par rapport à ce transport. Est-ce que vous pourriez m'en dire un peu plus sur les modalités concrètes, du nombre exacts de Hobbits que vous souhaitez amener hors de la ville ?"
- "Nous avons discuté avec les deux communautés de Hobbits, celle du parc et celle des Smials, et à priori, ils sont tous ou quasiment tous quitter la ville. Bien entendu, ce ne sera pas possible en une seule fois et il faut penser aux Hobbits de la Comté et un mouvement migratoire aussi important pourrait générer plus de problèmes qu'il n'apporterait de solutions. Aussi, nous avions pensé prendre dix Hobbits de chaque communauté pour qu'ils puissent préparer le terrain avec l'objectif, plus tard, de faire des convois plus importants afin de libérer la ville du fardeau de ces migrants et de satisfaire la demande des Hobbits qui sont un peuple dont nous nous sommes un peu rapprochés au cours de nos voyages et des personnes bien sympathiques la plupart du temps que nous souhaiterions pouvoir aider. Concernant les modalités, dans un premier temps, vingt-trois personnes car nous avons aussi trois Hobbits que nous souhaitons amener car ce sont des amis. Et donc, nous souhaiterions que vous puissiez nous aider car, à priori, cela correspondrait aux intérêts de la ville de Metraith, ville à laquelle nous sommes en quelques jours, en quelques semaines, fortement attachés aussi. Donc, toute aide sera la bienvenue que ce soit en termes d'hommes, de chariots, de matériel pour que les Hobbits puissent s'installer correctement là-bas dans la mesure des moyens de la ville et à la hauteur des bénéfices que vous pourrez en retirer ici en termes de pacification de la population. On voit bien les problèmes que nous avons pu découvrir notamment cette rumeur sur les Hobbits qui mangeraient des chiens et les problèmes que ça peut entrainer en termes de violence au sein de la ville." explique Tirash.
- "Et désordre au sein de la ville en sachant que les Hobbits comme le disait notre ami Tirash, nous envisagerions d'extraire une grande partie des Hobbits en plusieurs convois en sachant que nous n'avons pu, sans les premiers chariots et sans une première expérience, si nous arriverions à envoyer par centaines les Hobbits qui sont les plus gênants pour vous, ceux du parc, puisque livrer à eux-mêmes, dans le plus grand dénouement." ajoute Fànaviryan.
- "Cela représente, en tout, cinq cent cinquante Hobbits si nos calculs sont bons. Deux cents pour le parc et trois cent cinquante pour les Hobbits un peu mieux installés historiquement." ajoute Tirash.
- "D'accord." répond Elistan, le conseiller du Seigneur.
- "Je pense que c'est une présentation assez concrète que nous ayons pu faire." indique Fànaviryan.
- "Oui... Nous pouvons, en effet, répondre à cette proposition. Le Seigneur Hallas y est favorable. Nous prouvons trouver un terrain d'entente. Ce qui nous semble intéressant pour nous, ce serait que vous puissiez nous donner une évaluation des derniers départs. A quel moment vous les feriez ?" demande Elistan.
- "Ce qui est sûr, c'est que nous partirions avec ces vingt-trois Hobbits d'ici quelques jours. Que nous organiserions, sans doute, un convoi autour de Narbeleth et entre les deux, cela va dépendre car nous avons, déjà, des différents engagements et que ceci n'était pas vraiment prévu dans le programme de notre Compagnie mais il devrait y avoir possibilité d'organiser un convoi entre les deux probablement. Tout cela dépendra, évidemment, des négociations qui auront lieu au niveau de la Comté c'est-à-dire que si la population locale n'est pas prête à accueillir les nouveaux Hobbits, évidemment, nous ne pourrons pas faire grand-chose. Quoique, nous avons, éventuellement, des projets plus personnels d'espaces dans la Comté à aménager mais, pour le moment, il est difficile, pour nous, de nous avancer pour les communautés Hobbits de Bree, de Lézeau ou des autres bourgs de la Comté." explique Tirash.
- "Mais ils seraient, de toute façon, tous partis d'ici dans moins d'un an." annonce Selenia.
- "Oui, ça serait l'objectif, oui !" confirme Tirash.
- "Avec, sans doute, mais justement suite à ce premier trajet, peut-être, un comme disait Tirash, un sur fin Urui, début Ivanneth, c'est ça ?" demande Fànaviryan.
- "Oui, ça semble cohérent." répond Tirash.
- "Si j'ai bien compris, là votre demande première était d'avoir l'avis du Seigneur." suggère Elistan.
- "Oui l'avis du Seigneur dans un premier temps et dans un second temps, l'avis de la Comté." répond Tirash.
- "D'accord. Sachez que pour ce qui est du Seigneur, le Seigneur Hallas est tout à fait favorable et son petit-fils également. Nous pourrons donc vous aider à faire en sorte que vous puissiez organiser le transport de l'ensemble des Hobbits qui résident ici en un lieu que vous choisirez par vous-même." annonce Elistan.
- "Ce seront les Hobbits qui le choisiront par eux-mêmes. La réelle problématique concerne principalement les Hobbits du parc qui n'ont aucun moyen et si nous sommes prêts à rendre service, nous ne pouvons pas nous permettre de perdre de l'argent dans l'opération." explique Tirash.
- "J'entends... Pour ce qui est d'aujourd'hui, si j'ai bien compris la missive que vous m'avez transmise, vous souhaiteriez trois chariots ainsi que six chevaux, de la nourriture pour regagner la Comté soit d'après mes calculs quinze jours de nourriture et une sécurité composée de six hommes." expose le conseiller Elistan.
- "C'est ça !" confirme Tirash.
- "Le Seigneur Hallas, par rapport à ces demandes, les a validés." annonce Elistan.
- "Vous le remercierez au nom des Hobbits." indique Tirash.
- "Le Seigneur Hallas tenait également à vous remercier pour ce que vous avez fait concernant le traitre de la ville. Sachez que vous avez toute la reconnaissance du Seigneur Hallas." annonce le conseiller Elistan.
- "Elle nous touche bien !" réagit Selenia.
- "J'ai noté également..." indique Elistan en se levant et en se dirigeant vers son bureau. Il prend deux longs parchemins qu'il vient poser sur la table et indique : "Vous avez sur ces deux parchemins assez anciens une partie des chemins usuels du Cardolan si je réponds à votre autre demande."
- "Tout à fait !" confirme Selenia.
- "Bien quand est-ce que vous songez partir ?" demande Elistan.
- Tirash réfléchit quelques instants, estime le prix des deux cartes à quelques écus d'or puis dit : "C'est très aimable à vous pour ces deux cartes qui vont bien nous servir. Cependant, je vous avoue que nous attendions de la part de la grande famille du Seigneur Hallas un petit quelque chose supplémentaire au regard des services qu'il me semble, nous avons rendu à la ville et que nous rendrons à la ville encore en évacuant tous ces Hobbits qui viennent parfois compromettre la sécurité et l'ordre dans la ville."
- "Je comprends bien. En effet..." réagit le Conseiller Elistan.
- "Selenia a failli perdre la vie. Nous avons eu des journées difficiles. Nous avons tous, d'ailleurs, failli y laisser notre peau..." indique Tirash.
- Le conseiller Elistan se lève, se dirige vers son bureau, ouvre un tiroir, y sort des pièces dont les quatre compagnons entendent le tintement des pièces. Il va prendre le temps de compter et de ramener des tas de pièces, des écus d'or qu'il va poser devant chaque compagnon, quinze écus d'or en indiquant : "Ceci est une juste récompense pour les actes que vous avez réalisé sur ces dernières semaines. Nous pourrions mettre sur la table la même somme le jour où les derniers Hobbits auront quitté la ville."
- "Entendu !" indique Selenia.
- "Hormis bien sûr, les quelques-uns qui auront su s'intégrer logiquement en tant que cuisinier ou petite main." indique Fànaviryan.
- "Bien sûr ! On ne va pas non plus forcer le départ. On entend par là, les derniers Hobbits souhaitant quitter la ville. On s'entend des Hobbits qui souhaitent quitter la ville et donc pas uniquement ceux du parc. J'ai cru comprendre qu'il n'y avait pas uniquement les Hobbits du parc qui souhaitaient quitter la ville." propose le conseiller Elistan.
- "Hum, hum !" confirme Selenia.
- "Pour ce faire, je ne connais pas plus le fonctionnement de Metraith, à la vue des funestes évènements qui sont arrivés à Andrath, je pense que vous auriez, c'est une suggestion, une manne providentielle d'ouvriers assez costaud pour parler des humains dont nous n'avons rien évoqué et de matériaux à savoir des pierres pour pouvoir fortifier Metraith et par là-même, employer des hommes qui vous permettrait de constituer une défense solide sur l'est." propose Fànaviryan.
- "Avez-vous remarqué, Madame, l'état déplorable de ce bâtiment ? Si nous en avions les moyens, sachez bien que la fortification aurait été faite depuis fort longtemps. La région est pauvre en matériaux de construction solide et que nous avons pu, aujourd'hui, les moyens de pouvoir amener suffisamment de pierres et autres matériaux pour fortifier tout cela." explique le conseiller Elistan.
- "Je vous entend bien mais si je vous évoquais cela, c'était par simple mesure d'urgence dans l'idée que vous pourriez soumettre aussi au Seigneur que vous avez déjà des pierres taillées à trois jours, récupérables, et une main d'œuvre que vous pourriez réussir à loger par ce même biais mais je vous transmettrais mon idée par écrit, cela sera certainement plus clair dans la manière où vous pourriez canaliser un peu ces hommes sans que cela vous coûte forcément que d'une manière décisionnelle, je vous transmettrais..." explique Fànaviryan.
- "J'en prends note Madame. La seule chose dont j'aurais besoin de savoir est votre date de départ afin que je puisse organiser la logistique." demande le conseiller Elistan.
- "Le vingt-quatre !" annonce les quatre compagnons.
- "Si c'est le vingt-quatre de Norui, vous aurez ce que vous nous avez demandé." indique le conseiller Elistan.
- "De notre côté, nous vous enverrons un messager pour vous faire part des résultats des tractations en Comté afin que tout puisse s'organiser et que vous puissiez prévoir pour les prochains convois, les éventuelles escortes, matériel nécessaire pour le transport des Hobbits." annonce Tirash.
- "Bien ! Cela fera l'objet d'une autre rencontre où nous pourrons voir en fonction de dates plus précises que vous nous communiquerez, du nombre de Hobbits que vous transporterez. Nous pourrons organiser une rencontre dans cette perspective." propose le conseiller Elistan.
- "Concernant les hommes qui vont nous accompagner jusqu'en Comté, ils doivent rentrer dès que les Hobbits seront arrivés ou peuvent-ils rester quelques jours afin de pouvoir, justement, vous transmettre rapidement des informations ?" demande Tirash.
- "Je vous fournis des hommes, après, sur le reste, ça sera à vous de voir avec eux. Ils n'auront pas de consignes particulières." répond le conseiller Elistan.
- "Très bien !" réagit Tirash.
- "Avons-nous envisagé au terme d'un certain délai, leur solde ?" demande Fànaviryan.
- "Ils seront payés pour le transport jusqu'à la Comté. Si vous voulez les engager par la suite, libre à vous mais, là, ce sera de votre responsabilité." indique le conseiller Elistan.
- "Ils ne seront pas payés pour le chemin du retour ?" demande Tirash.
- "Ils sont payés pour transporter des Hobbits jusqu'à la Comté." répond Elistan.
- "D'accord." indique Tirash.
- "Et sauriez-vous nous dire à quel prix vous les rémunérer ?" demande Fànaviryan.
- "Non." répond Elistan. - "Nous devrions voir ça avec le capitaine Roldan, peut-être." ajoute Fànaviryan.
- "En effet, il s'agit de miliciens, oui, vous avez raison. Si toutefois, vous n'êtes pas opposés au fait que ça soit des miliciens qui vous accompagnent." indique Elistan.
- "Non, non, c'est très bien. Très certainement des hommes de confiance. Nous préférons avoir des personnes qui sont déjà dédiés à Metraith." répond Tirash.
- "Très bien ! Je vais devoir vous demander de repartir, j'ai d'autres tâches qui m'attendent." indique le conseiller Elistan en se levant.

Il regagne la porte d'entrée de son luxueux bureau et l'ouvre attendant la sortie des quatre compagnons vous montrant le couloir.

Selenia retourne dans sa demeure du Thalion puis les trois autres retournent à l'auberge de la Boucle d'oreille en Mithril.
Image
Avatar de l’utilisateur
Rico the Hobbit
Gérant du forum
 
Messages: 2008
Inscription: Mar 18 Nov 2003 00:33
Localisation: Cul-de-sac

Re: [AU Partie du 4 mai 2022 - N°66 - 18 de Norui 1640

Messagepar Rico the Hobbit » Dim 8 Mai 2022 08:51

La carte des aventures :
Image
Image
Avatar de l’utilisateur
Rico the Hobbit
Gérant du forum
 
Messages: 2008
Inscription: Mar 18 Nov 2003 00:33
Localisation: Cul-de-sac

Re: [AU Partie du 4 mai 2022 - N°66 - 18 de Norui 1640

Messagepar Rico the Hobbit » Dim 8 Mai 2022 08:52

Les Protagonistes :
Image Image
Image Image
Image
Avatar de l’utilisateur
Rico the Hobbit
Gérant du forum
 
Messages: 2008
Inscription: Mar 18 Nov 2003 00:33
Localisation: Cul-de-sac


Retourner vers Terres du Milieu

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron